Harcourt, château et arboretum (2017)

Je connais le château et le domaine d’Harcourt depuis de nombreuses années et c’est avec un immense plaisir que j’ai accepté la proposition d’écrire cette monographie. Un hommage, un témoignage de respect envers l’une des plus belles forteresses de Normandie.

Le mot de l’éditeur : les membres de la famille d’Harcourt, l’un des plus prestigieux lignages normands, jouèrent un rôle fondamental au cours de l’histoire de France. Le château qu’ils élevèrent dans leur berceau dynastique, mélange d’austère forteresse médiévale et de somptueuse demeure classique, incarne cette puissance passée. Aujourd’hui propriété du conseil départemental de l’Eure, il est niché au cœur d’un arboretum peuplé d’essences d’exception. Invitation à la rêverie et à un voyage dans le temps, le domaine d’Harcourt vous ouvre ses portes.

Harcourt, château et arboretum. Bayeux : OREP éditions, 2017. 32 p.

English version : the members of the Harcourt family, one of Normandy’s most prestigious lineages, played a fundamental role in France history. The castle they built and developed within their dynastic cradle is a combination of an auster medieval fortress and a sumptuous classical stately home, bearing fine witness to this bygone influence. Today, the castle, which nestles in the midst of an arboretum boasting exceptional species, is the property of Eure Council. The Harcourt estate welcomes you and invites you on a journey through time and reverie.

Emma de Normandie – Reine au temps des Vikings (2011)

Les biographies de femmes ayant vécu au Moyen Âge sont rares et se concentrent généralement sur quelques grandes figures, comme Aliénor d’Aquitaine ou Blanche de Castille. J’avais pour ma part envie de sortir de l’ombre un personnage méconnu et je me suis intéressé à Emma de Normandie, grand-tante de Guillaume le Conquérant, qui fut par deux fois reine d’Angleterre et qui joua un rôle politique central outre-Manche durant la première moitié du XIe siècle.

Le mot de l’éditeur : Angleterre, printemps de l’an 1002. Afin de la conduire à l’autel, le souverain saxon Aethelred II guette avec impatience l’arrivée en son royaume d’une princesse normande pré-nommée Emma. Nul ne peut alors soupçonner l’incroyable destinée qui attend cette toute jeune fille. Sur fond d’attaques scandinaves incessantes, elle épouse successivement deux rois, donne le jour à deux autres, et s’impose sur la scène politique de sa terre d’adoption. Elle devient la grande figure féminine de l’âge viking et prépare ainsi l’avènement de son petit-neveu, Guillaume le Conquérant. Emma de Normandie est un personnage d’exception, auquel Winston Churchill attribue une place unique dans les annales anglaises, écrivant à son propos que  » peu de femmes se sont trouvées placées au centre d’une convergence de forces aussi considérables « . Elle nous entraîne au coeur d’une fabuleuse épopée où souffle l’air du grand large. Elle nous emporte à la recherche de ses aïeules, de ces femmes méconnues qui assurèrent la continuité dynastique des premiers ducs de Normandie. Elle nous ouvre la porte de ses palais, nous invite à sa table et nous guide au milieu des tragiques rivalités de cour. Elle nous engage à méditer sur la naissance et l’accouchement en l’an Mil, sur le mariage et la vie de couple, la maladie et la santé, la vieillesse et la mort. Elle nous convie à un voyage fascinant dans l’Europe du haut Moyen rage, depuis les côtes déchirées de la Norvège jusqu’aux belles plages de Normandie. des vertes campagnes anglaises aux îles du Danemark.

Les vues évoquées dans le livre

Guillaume le Conquérant et les femmes – Arlette de Falaise et la reine Mathilde : entre légende et réalité (2012)

J’ai pour le personnage de Guillaume le Conquérant une fascination totale depuis des années. Mon premier véritable ouvrage, 1066, Guillaume roi, était d’ailleurs consacré à la bataille d’Hastings. J’ai cherché ici à m’intéresser aux femmes qui composaient son entourage : sa mère et son épouse, bien sûr, mais aussi ses sœurs, ses filles…

Le mot de l’éditeur : « Novembre 1083. Peut-être l’un de ces petits matins frais et brumeux, si fréquents en Normandie à l’époque où jaunissent les feuilles des arbres. Au château de Caen, probablement… La vaste cour bruisse d’une agitation inhabituelle. Face au palais ducal, une foule imposante s’est agglutinée devant un robuste portail de bois brut. L’un des vantaux pivote dans un grincement lugubre. À l’ouverture du second vantail, la même plainte déchirante… La reine Mathilde est morte.
Guillaume, duc de Normandie et roi d’Angleterre, son époux, est-il présent ? Nul ne le sait.
De cette question sans réponse est née l’idée de ce livre. Car si l’on connaît bien Guillaume le Conquérant chef de guerre, vainqueur d’Hastings, on s’est peu intéressé à l’homme qu’il fut dans l’intimité, notamment à travers sa relation aux femmes. Or ces femmes tiennent un rôle essentiel dans sa vie : Arlette de Falaise et la reine Mathilde furent deux présences discrètes, unies dans la destinée fabuleuse d’un personnage exceptionnel. Ces dames, par trop méconnues, qui peuplent l’univers du maître incontesté de la Normandie et de l’Angleterre, sont ici mises en lumière et révèlent par là une autre facette de Guillaume. Sous l’armure du guerrier, efforçons-nous d’apercevoir le fils, l’époux, le père… Entre légende et réalité, bienvenue dans l’univers des femmes de Guillaume le Conquérant. »

Guillaume le Conquérant et les femmes. Cahors : La Louve éditions, 2012. 127 p.

Le Cotentin (2012)

Une partie de la Normandie qui m’est vraiment très chère. Sauvage, envoûtant, le Cotentin est un territoire marqué par la présence de l’eau et la violence des éléments. Cerné par la Manche sur trois côtés, il est isolé du reste du département  par les marais de l’Ay et de la Sèves.

« Il est une terre en pays normand presque entièrement cernée par les eaux. La Manche lui sert d’écrin. Elle s’enfonce loin vers le nord dans l’immensité maritime, telle une gigantesque chaussée inachevée pointant vers l’Angleterre, bâtie par quelque géant oublié en des temps immémoriaux. »

Le Cotentin. Paris : Jean-Paul Gisserot (collection Les guides Gisserot), 2012. 64 p.

La Seine-Maritime Intime (2016)

Effectuer des recherches et écrire font partie de mon quotidien et j’avais surtout utilisé jusqu’alors mes photographies pour illustrer ouvrages ou articles. J’adore cependant ces moments privilégiés, passés boîtier en main, à explorer un lieu historique ou à rêvasser en pleine nature. Un chevreuil qui croise mon sentier, les mâchicoulis d’une vieille forteresse, les gargouilles d’une cathédrale monumentale, un insecte se posant sur une fleur, les lumières de l’aube ou du crépuscule, tout me procure du bonheur. Quand les éditions OREP m’ont proposé de réaliser cet ouvrage d’images, j’y ai vu une opportunité de m’exprimer autrement, de partager mon regard sur le monde qui nous entoure. J’ai accepté avec enthousiasme !

Le mot de l’éditeur : « Bienvenue à tous dans la Seine-Maritime des quatre saisons. Bienvenue dans les ruelles de nos communes. Bienvenue dans nos églises et nos chapelles. Bienvenue dans nos chemins creux, sur nos sentiers du vertige coincés entre ciel et mer. Bienvenue dans les entrailles de nos futaies, dans les profondeurs de nos valleuses. Bienvenue au cœur d’une nature riche, généreuse, prête à s’offrir à qui sait, à qui veut voir. »

« Welcome to all, to Seine-Maritime over the four seasons. Welcome to the narrow streets of our towns and villages. Welcome to our churches and chapels. Welcome to our hollow paths, to our breathtaking walkways nestling between sky and sea. Welcome to the entrails of our high forests, to the depths of our valleuses. Welcome to the heart of this wealth of nature, as generous as can be and ready to yield anyone wishing to know, to anyone wishing to see. »

La Seine-Maritime Intime. Bayeux : OREP éditions, 2016. 288 p. Édition bilingue : français/anglais