Emma de Normandie – Reine au temps des Vikings (2011)

Les biographies de femmes ayant vécu au Moyen Âge sont rares et se concentrent généralement sur quelques grandes figures, comme Aliénor d’Aquitaine ou Blanche de Castille. J’avais pour ma part envie de sortir de l’ombre un personnage méconnu et je me suis intéressé à Emma de Normandie, grand-tante de Guillaume le Conquérant, qui fut par deux fois reine d’Angleterre et qui joua un rôle politique central outre-Manche durant la première moitié du XIe siècle.

Le mot de l’éditeur : Angleterre, printemps de l’an 1002. Afin de la conduire à l’autel, le souverain saxon Aethelred II guette avec impatience l’arrivée en son royaume d’une princesse normande pré-nommée Emma. Nul ne peut alors soupçonner l’incroyable destinée qui attend cette toute jeune fille. Sur fond d’attaques scandinaves incessantes, elle épouse successivement deux rois, donne le jour à deux autres, et s’impose sur la scène politique de sa terre d’adoption. Elle devient la grande figure féminine de l’âge viking et prépare ainsi l’avènement de son petit-neveu, Guillaume le Conquérant. Emma de Normandie est un personnage d’exception, auquel Winston Churchill attribue une place unique dans les annales anglaises, écrivant à son propos que  » peu de femmes se sont trouvées placées au centre d’une convergence de forces aussi considérables « . Elle nous entraîne au coeur d’une fabuleuse épopée où souffle l’air du grand large. Elle nous emporte à la recherche de ses aïeules, de ces femmes méconnues qui assurèrent la continuité dynastique des premiers ducs de Normandie. Elle nous ouvre la porte de ses palais, nous invite à sa table et nous guide au milieu des tragiques rivalités de cour. Elle nous engage à méditer sur la naissance et l’accouchement en l’an Mil, sur le mariage et la vie de couple, la maladie et la santé, la vieillesse et la mort. Elle nous convie à un voyage fascinant dans l’Europe du haut Moyen rage, depuis les côtes déchirées de la Norvège jusqu’aux belles plages de Normandie. des vertes campagnes anglaises aux îles du Danemark.

Les vues évoquées dans le livre