Portraits de femmes au Moyen Âge – 16 à 20

Accéder aux portraits 1 à 56 à 1011 à 15 – 16 à 20

16. La reine Austrigilde, dernier caprice assassin

L’enfer, tympan du portail de la cathédrale de Bourges. La demeure d’Austrigilde ?

Gontran, petit-fils du célèbre Clovis, règne sans partage à compter de 561 sur un vaste territoire s’étendant du val de Loire aux Alpes, avec Orléans, Bourges, Lyon, Macon et Vienne pour villes principales. Réputé omnipotent sur ses terres, il semble se montrer dans l’intimité plutôt soumis aux quatre volontés de ses épouses successives. Et il paraît avoir le don pour s’énamourer de sacrées mégères…

17. Constance la mal nommée ? Les malheurs matrimoniaux du roi Robert le Pieux

Cathédrale Saint-Trophime d’Arles. Le portail occidental. Arles, ville de naissance de Constance

Constance, prénom doux et rassurant, évoquant à la fois force spirituelle, grandeur d’âme et sérénité à toute épreuve. Du caractère, Constance d’Arles, troisième épouse du roi des Francs Robert II le Pieux (996-1031), n’en manque effectivement pas. Pour ce qui est de la tempérance en revanche… C’est du moins ce que nous racontent quelques auteurs contemporains, pas forcément bien intentionnés à son égard !

18. Audr la très sage, Thorbjörg petite voyante, Gudridr et les autres, les femmes à la conquête de l’Atlantique nord

Le site viking de l’Anse aux Meadows, sur l’île de Terre-Neuve (© Dylan Kereluk de White Rock, Canada – Wikimedia commons – sous licence CC BY)

Vers la fin du VIIIe siècle, les peuples occupant la Scandinavie, jusque là forts discrets sur la grande scène de l’histoire, entrent dans une brutale phase d’expansion tous azimuts. Afin d’expliquer cette soudaine effervescence, on avance l’indéniable supériorité technologique que leur confèrent leurs navires sur les autres nations, mais surtout leur soif d’acquérir des richesses ou des terres par n’importe quel moyen. Plutôt une affaire d’hommes de prime abord, mais à y regarder de plus près…

19. Juette de Huy, la croyante de l’extrême

L’entrée au reclusoir

Dans les temps anciens, les manifestations de foi prennent parfois des aspects particulièrement spectaculaires : processions collectives géantes, actes individuels de contrition en public, flagellations, départ pour des pèlerinages périlleux… Pour l’observateur moderne, rien n’est cependant aussi déroutant que le phénomène des reclus, des individus, hommes ou femmes, qui choisissent de se retirer du monde pour mieux communier avec le divin et s’assurer, du moins l’espèrent-ils, le salut dans l’au-delà… Juette de Huy est l’une d’entre eux.

20. Marguerite de Thibouville, duel pour l’honneur d’une dame

Duel judiciaire, image tirée des Cérémonies des gages de bataille, selon les constitutions du bon roi Philippe de France

Le 29 décembre 1386, tout Paris converge vers le prieuré Saint-Martin, au nord de la ville, dans une atmosphère de kermesse. Au milieu d’un champ clos aménagé derrière l’établissement religieux, deux hommes s’apprêtent à combattre jusqu’à la mort sous le regard du roi Charles VI et des plus hauts seigneurs du royaume. À l’origine de leur querelle, l’honneur bafoué d’une dame…